Pour les besoins d'une soirée poésie, j'ai fait un texte en vers à partir de l'histoire de la rose et du jardinier écrite au début de l'automne 2017. J'avais d'abord écrit "un texte en alexandrins" mais, après vérification, je me suis rappelé que l'alexandrin comprend deux hémistiches de six syllabes, ce qui n'est pas le cas ici. 

Quoi qu'il en soit, c'est avec plaisir que je le partage ci-dessous. Par ailleurs, je profite de cet article pour rendre hommage, par une photo transformée, à l'artiste regretté Jeff Buckley. C'est un jardinier très particulier : les graines qu'il sème s'appellent "notes de musique"...

 

Moi, je suis une rose aux couleurs de l’aurore
Que vous venez admirer encore et encore
Je vous apparais, fraîche comme la rosée
Pourtant, voyez-vous, très ancien est mon secret.
 
Car non, je ne suis nullement de ce printemps
Je suis née au contraire il y a très longtemps
Rose je suis, fragile églantine j’étais
La tige pliée par le vent, j’agonisais.
 
Un matin d’avril, quelle chance, il est venu
Jardinier, botaniste, homme de vert vêtu
Tout le temps qu’il a fallu, il m’a arrosée
Remise sur pied, tuteurée, ressuscitée !
 
J’ai beaucoup réfléchi, je me suis demandé
Comment le remercier et j’ai eu une idée
Chaque jour, un peu plus belle je deviendrais
Pour qu’il puisse être fier de tout ce qu’il a fait.
 
Un soir d'été, entre ses doigts il m’a tenue
Tant j’avais changé, il ne m’a pas reconnue
Il a cru découvrir une nouvelle fleur
Alors, il m’a donné le nom de ma couleur.
 
Jamais je n’ai pu m’autoriser à faner
Par gratitude, et aussi, surtout, par respect
Je ne suis de ce printemps, j’ai eu mille enfants
Je vis, et j’aime, depuis plus de cinq mille ans !

jbvert